Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 février 2015

Votre déco vous trahit – Maxime Denis / Bertrand Dumas de Mascarel

sociologie,deco,maison

Petit livre de sociologie humoristique sur la déco avec déclinaison de trois genres et ses sous genres :

BBB (Béret, baguette-bouteille) : C'est l'insert dans la cheminée, le style rustique, l'armoire en chêne.

MTV (Mode, tendance, vogue) : L'espace home-video, le canapé en cuir, le mélange des styles ancien-contemporain, de la couleur mais pas trop, sur un seul pan de mur.

BCBG (Bon chic, bon genre) : Le parquet est d'époque, mais il n'est pas restauré. Et vous n'avez qu'une chaise Louis XVI.

J’ai particulièrement ri à la lecture des chapitres BCBG (incluant les aristocrates), quelques extraits de la prose caustique de l’auteur :

« On était chouan chez les Dessertaux, et personne ne doit l’oublier : un arbre généalogique se déploie avec son enchevêtrement de noms et de discrets blasons multicolores. Face à la chambre de Geoffroy et de Jean, les petits derniers, leur père a accroché un superbe portrait du maréchal, ainsi que les photographies de deux oncles morts glorieusement au champ d’honneur, en Indochine. Ici, l’éducation est entièrement basée sur l’admiration des anciens dès le berceau. »

« Fils d’un notaire de Loudun, Gonzague-Hubert Vilain de Bourgeneuf avait toujours su qu’il hériterait de la grosse bâtisse achetée par son grand-père Gaston et « castellisée » par son père Jacques. Trois générations, cela suffit pour en parler comme d’une « maison de famille ». Il ne lui manquait qu’une femme bien née, entendons par là avec les ancêtres que, lui, n’a pas, pour tenir noblement son « château ». Une dot et des espérances rendaient encore plus séduisante la malheureuse Diane de Capet d’Epay. Elle, qui n’avait pas plus de cervelle que son fiancé de sang bleu, pensait qu’il suffisait d’afficher des idées rassies pour être gentilhomme. Ainsi fît-elle faire à son antique famille d’extraction son alliance la plus bourgeoise. »

« On se demande si l’électricité a fait sont entrée dans cet appartement. Bernadette d’Huvieu d’Effréchy appartient encore à un monde qui s’éclairait aux bougies. Enfin, pour avoir vécu les guerres, elle ne juge aucune économie domestique superflue. Il ne s’agit pas d’avarice, mais d’un reste d’éducation janséniste qui a poussé des générations égarées à manger les fruits pourris et le pain dur, pendant que les frais s’avariaient. »

« Parfois un de ses neveux, vieux garçon de cinquante-cinq ans, vient dormir chez elle. Ils parlent généalogie. Elle lui a abandonné une pièce, qui devient de plus en plus crasseuse. Sa tante est convaincue qu’il publiera un jour et la remerciera sur la page de garde. » .

10:18 Publié dans ARCHITECTURE, DOCUMENTAIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

01 juin 2014

Dans le secret des cathédrales - François Collombet

cathedrales,secret,architecte,médiéval

Au fil des faits historiques  et des photos, ce livre dévoile les secrets et anecdotes de quarante cathédrales, sur la période où la France (entre le XIIe et le XVe siècle) a fit s’élever à partir de l'Ile-de-France une centaine de cathédrales à travers tout le pays.

Parmi  les plus remarquables monuments : Saint-Denis, Bourges, Chartres, Autun, Beauvais, Puy-en-Velay, Albi, Strasbourg, Notre-Dame de Paris…

Des détails non moins remarquables sur les conditions des chantiers, les noms des bâtisseurs et des contextes politiques qui jalonnèrent leur construction souvent sur plusieurs décennies voire siècles…

Voilà un ouvrage qui se lit d’une traite tant il est dense de contenu et que le style de l’auteur jamais ne lasse !  A lire le dimanche après midi au calme pour une balade hors du temps…

Extrait choisi sur l’ange qui rit de la cathédrale de Reims pour vous donner une idée du style rédactionnel de l’auteur :

« Il est décapité. Le temps passa. Sans doute vécut-il la Révolution avec terreur voyant ses frères de pierre brisés, cassés, décapités, des portails arrachés, le sceptre et la main de justice brûlés et quelle humiliation, cette cathédrale royale transformée en magasin à fourrage ! Mais le pire était à venir. Il vint le 19 septembre 1914, un mois après la déclaration de guerre. Reims est pilonné par les tirs d’artillerie de l’armée allemande. Ce jour là, il est  environ 15 heures, suite à un violent bombardement, le feu prend à l’échafaudage en bois de la tour nord. Les pompiers débordés par les multiples incendies dans la ville et privés d’eau par l’éclatement des conduites, ne peuvent intervenir efficacement. Mais laissons l’historien Patrick Demouy en faire le récit : « Une poutre de  l’échafaudage en feu s’effondre et décapite l’ange. Sa tête tombe sur le sol 4 mètres plus bas et se brise en une vingtaine de morceaux. » Qui se soucie alors de cette statue presque anonyme dans cet enfer de destruction ? Si, une seule personne, un prêtre, l’abbé Jules Thinot, le maître de la chapelle de Notre-Dame de Reims. Dès le lendemain de l’incendie, pieusement il rassemble de nombreux fragments de statuaires qu’il met en sûreté dans les caves de l’archevêché. ».

14:59 Publié dans ARCHITECTURE, DOCUMENTAIRE, GUIDES, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

10 février 2014

Histoire pittoresque et anecdotique des anciens châteaux - M. De Thibiage

château,manoir,histoire,médiéval

Des anecdotes et des histoires sur 70 châteaux et autres bâtis du même genre que vous ne lirez nulle part ailleurs que dans cet ouvrage !

Je me suis bien évidemment précipitée sur ceux que je connaissais pour les avoir visités : Pierrefonds, Blois, Ecouen, Nantes, Sens, Poitiers…

Côté littéraire, le style un peu désuet rend la lecture un peu ennuyeuse par passages, mais ça va très bien avec les thèmes évoqués !

Pour les passionnés du sujet uniquement car très documenté dans le détail…

17:18 Publié dans ARCHITECTURE, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

17 décembre 2012

VIOLLET LE DUC : ENCYCLOPEDIE MEDIEVALE

encyclopédie,médiéval,viollet le duc, architecture,

Au début des années 1830, un mouvement de restauration du patrimoine médiéval apparut en France.

Prosper Mérimée demanda à Viollet-le-Duc (1), architecte d’entamer une longue série de restaurations monumentales dès  dont les plus connues sont :  le Mont Saint Michel, Carcassonne, la Cathédrale Notre-Dame de Paris, le Château de Roquetaillade et le Château de Pierrefonds…

On a beaucoup critiqué le grand architecte – spécialiste de l’architecture et du savoir faire médiéval - de plagiat néo-gothique. De nombreux architectes, par purisme (et aussi vraisemblablement par jalousie de son talent), ont critiqué le travail de restauration de Viollet le Duc.

Pour mieux comprendre le  travail de VIOLLET LE DUC, la connaissance de son œuvre écrite est indispensable : lire son Encyclopédie médiévale (2) permet de mesurer l’étendue des connaissances et la précision de cet homme à qui on doit les plus belles restaurations médiévales du 19ème siècle.

(1)  Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc, né le 27 janvier 1814 à Paris et mort le 17 septembre 1879 à Lausanne.

(2) ENCYCLOPEDIE MEDIEVALE – Viollet Le Duc : Editions Bibliothèque de L’Image - Format grand livre : 364 x 255 cm, poids : 3925 grammes !) - Tomes 1 et 2 fondus = 719 + 720 pages richement illustrées de 1335 figures – 69,90 euros.

13:07 Publié dans ARCHITECTURE, BIOGRAPHIES, DOCUMENTAIRE, GUIDES | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker