Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 octobre 2010

GRIMMY - Mike Peters

 

grimmy.jpg

 

C'est en regardant par hasard les livres de mon compagnon que j'ai découvert GRIMMY...  Il est rare que je sois surprise par le genre BD, là,  je n'ai pas été déçue ! : j'aime le style concis, décalé et efficace de Mike Peters.

Les principaux protagonistes de la BD sont le chien Grimmy (un chien réfractaire à toute autorité), le chat Attila (qui n'a de tueur que le nom car il est plutôt du genre peureux) et la mère l'oie (qui est l'heureuse propriétaire affairée des animaux de la BD)...

Pour ceux que ça intéresse :

 

 

 

 

 

 

16:42 Publié dans BANDES DESSINEES | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

20 octobre 2010

FIRMIN : AUTOBIOGRAPHIE D'UN GRIGNOTEUR DE LIVRES - SAM SAVAGE

firmin-auto-bio-09.jpg

Un rat qui survit malgré les tentatives des humains pour le supprimer c'est déjà rare mais un rat qui pense par ses émotions et ses lectures c'est encore plus rare...

Donc Firmin, rat de son état, observe beaucoup, non ses congénères mais le genre humain, avec lequel il cherche à communiquer par tous moyens, s'entichant d'un libraire (qui essayera de le tuer malgré l'affection indéfectible que Firmin lui porte) ou encore d'un hippy allumé (avec lequel il passera d'ailleurs une grande partie de son existence).
On comprend mieux en lisant ce livre l'expression "être un rat de bibliothèque" sauf que dans le cas de Firmin on dirait plutôt qu'il est un rat de librairie (qui va jusqu'à s'identifier au libraire qu'il observe des heures durant)  ! Ce livre raconte donc son histoire, son amour de la lecture ainsi que ses péripéties avec le genre humain qui ne manquera jamais de lui rappeler sa triste condition de rat.

Le comique de situation dans ce livre est qu'en plus du style qui est d'un humour décalé et surprenant, il ne faut jamais perdre de vue que c'est un rat qui s'exprime ici, et qu'il est amusant de noter quelques caractéristiques fortes dans la personnalité de Firmin, prenons quelques citations qui expliqueront mieux que je ne le ferais l'intérêt de cette histoire ... :


Imagination galopante

"Si ma connaissance du prétendu monde réel est assez restreinte, en revanche, j'ai beaucoup voyagé dans ma tête, chevauchant mes pensées d'un bout à l'autre de la planète. Lors d'un de ces périples, j'ai rencontré un homme dans un bar qui m'a raconté son enfance à Berlin jusqu'à la fin de la guerre."

"J'ai toujours été du genre rêveur. Vu ma situation, comment aurait-il pu en être autrement ? Mais je savais aussi garder les quatre pieds bien sur terre en cas de nécessité."

"Moi aussi j'abattais ma part du travail. Le magasin tournant au ralenti, j'avais plus de temps à consacrer à la structure de mes rêves. Certains étaient aussi gros que des romans. Une seule scène pouvait m'occuper des jours. Un pique nique sur Revere Beach par exemple. Ca serait l'été 1929, le marché de actions est sur le point de s'effondrer et tout le monde l'ignore. Que portent les personnages ? Quelles chaussures ? Quels sous vêtements ? Quelle coupe de cheveux ? Quelle marque de voiture ? Les sièges sont ils confortables ? Combien coûte l'essence ? A-t-on emporté un livre ? A quoi sont les sandwiches ? comment les a-t-on emballés ? Quelle est la marque des cigarettes ? De soda ? Quel est cet oiseau qui chante ? Que cache cet arbre ? Aujourd'hui, répondre à ces questions serait d'une simplicité biblique. Je me suis déjà imaginé en Chine sous le règne des Tang, à Machu Picchu ou encore au soixante-treizième étage de l'Empire State Building."


Humour cynique

"Si des études littéraires servent à quelque chose, c'est bien à appréhender le funeste. Par ailleurs, rien ne vaut une imagination foisonnante pour ébranler votre courage. J'ai lu le journal d'Anne Frank, je suis devenu Anne Frank."

"Les deux hommes se serraient la main mais sans se regarder - trop occupés à sourire au photographe."

"Ne pas mettre à la portée des enfants ou des animaux domestiques" : Ces mots sont cruels pour quelqu'un qui s'était brièvement imaginé qu'il était peut-être les deux à la fois."


Humour et Ego décalés

"Très vite, j'ai pu m'envoyer un livre de 400 pages en une heure, m'avaler Spinoza en un jour."

"Est il possible que moi, malgré mon invraisemblable apparence, j'aie une Destinée ? me demandais-je ?"

"Pourtant, en dépit de ces défauts - à moins que ce ne soit grâce à eux - j'ai pu rencontrer un tas de gens merveilleux dont bon nombre de génies, alors que j'en étais encore à mes balbutiements. J'entretenais des conversations avec tous les Grands. Dostoevski et Strindberg par exemple. Parmi eux j'étais à prompte à discerner les compagnons de souffrance, les hystériques comme moi. Et d'eux, j'ai retenu une leçon très précieuse : le degré de folie n'est pas proportionnel à la taille."

"C'est ainsi que j'ai pu me remettre à l'aspect commercial du métier du livre."





20:10 Publié dans ROMANS | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker