Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 juin 2014

JEAN-PAUL II - Ma vocation, don et mystère

 

pape,religion

À l'occasion du 50e anniversaire de son ordination sacerdotale, Jean-Paul II a écrit ce livre sur les sources de sa vocation.

Polonais de naissance, né en 1920, Jean-Paul II voit son pays pris en étau par les horreurs du totalitarisme absolu telles qu’Auschwitz, le ghetto de Varsovie et 45 ans de dictature communiste…

Sa mère meurt quand il a neuf ans, son père profondément religieux fit de sa vie une prière constante. Jeune prêtre, il travaille durement comme ouvrier dans une carrière de pierre, et côtoie ainsi la réalité de ce milieu caractérisé par ses actions courageuses portées par une foi indéfectible.

Pour Jean-Paul II, cette foi polonaise a permis la résistance à l'oppression et conservé l’unité de son pays. 

Une sorte d’autobiographie qui explique pourquoi Jean-Paul II fut un modèle d’espérance et de courage pour le monde (qu’on soit croyant ou pas cet homme fut un repère spirituel).

Personnellement, j’ai croisé Jean-Paul II le 1er juin 1980 lors de sa venue au séminaire d’Issy-les-Moulineaux et j’avais été frappée par son aura charismatique, par  la sérénité, la force et la bienveillance qui émanaient de lui.

Cet homme n’avait pas peur de la vie car son histoire personnelle lui en avait montré la valeur. Avec ce qu’il avait vécu il aurait pu choisir les ombres du cynisme, il a choisi la lumière et la joie…

Un petit livre à lire pour mieux connaitre un personnage qui a marqué son siècle.

 

09:18 Publié dans BIOGRAPHIES, GUIDES, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

27 juin 2014

Mystérieux Templiers - Jean-Vincent BACQUART

 

templiers

Dans ce livre, l’auteur s’appuie sur des faits avérés pour départager ce qui relève de l'Histoire et de la légende. L’Ordre du Temple, qui a perduré deux siècles, suscite encore aujourd’hui un nombre important d'idées reçues, de fantasme et de délire.

Le livre est très bien construit (voir sommaire plus bas). Sur un sujet que je connais bien, j’ai moi-même appris une foultitude de détails que j’ignorais, je peux donc dire que ce livre a du contenu.

J’ai particulièrement apprécié la partie « Fables Templières » qui pulvérise totalement les élucubrations que le cinéma,  la littérature et les amateurs de sensationnel ont pu produire sur l’hypothétique relève des Templiers…

Sommaire du livre :  

Les pauvres Chevaliers du Christ
– « Le pape a fondé l’ordre du Temple pour mener la croisade».
– « Les Templiers sont des moines soldats».
– « Les Templiers sont d’invincibles chevaliers».
– « Les Templiers sont des fanatiques religieux».
– « Les Templiers ne rendent de comptes à personne».

Le Temple au quotidien
– « Les Templiers possèdent neuf mille commanderies».
– « Les Templiers rejettent les femmes».
– « Les Templiers sont les banquiers de l’Occident».
– « Les Templiers sont devenus inutiles après la perte de la Terre sainte».

Une fin brutale
– « Tous les templiers sont arrêtés le 13 octobre 1307».
– « Philippe le Bel convoite les richesses des Templiers».
– « Les Templiers sont condamnés pour hérésie».
– « Les templiers ont tous fini sur un bûcher».

Fables Templières
– « Jacques de Molay a maudit le roi de France et le pape».
– « Les francs-maçons sont les héritiers des Templiers».
– « Les Templiers partageaient les idées des Cathares».
– « Les Templiers ont caché un fabuleux trésor».

 

 

21:36 Publié dans DOCUMENTAIRE, GUIDES, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

01 juin 2014

Dans le secret des cathédrales - François Collombet

cathedrales,secret,architecte,médiéval

Au fil des faits historiques  et des photos, ce livre dévoile les secrets et anecdotes de quarante cathédrales, sur la période où la France (entre le XIIe et le XVe siècle) a fit s’élever à partir de l'Ile-de-France une centaine de cathédrales à travers tout le pays.

Parmi  les plus remarquables monuments : Saint-Denis, Bourges, Chartres, Autun, Beauvais, Puy-en-Velay, Albi, Strasbourg, Notre-Dame de Paris…

Des détails non moins remarquables sur les conditions des chantiers, les noms des bâtisseurs et des contextes politiques qui jalonnèrent leur construction souvent sur plusieurs décennies voire siècles…

Voilà un ouvrage qui se lit d’une traite tant il est dense de contenu et que le style de l’auteur jamais ne lasse !  A lire le dimanche après midi au calme pour une balade hors du temps…

Extrait choisi sur l’ange qui rit de la cathédrale de Reims pour vous donner une idée du style rédactionnel de l’auteur :

« Il est décapité. Le temps passa. Sans doute vécut-il la Révolution avec terreur voyant ses frères de pierre brisés, cassés, décapités, des portails arrachés, le sceptre et la main de justice brûlés et quelle humiliation, cette cathédrale royale transformée en magasin à fourrage ! Mais le pire était à venir. Il vint le 19 septembre 1914, un mois après la déclaration de guerre. Reims est pilonné par les tirs d’artillerie de l’armée allemande. Ce jour là, il est  environ 15 heures, suite à un violent bombardement, le feu prend à l’échafaudage en bois de la tour nord. Les pompiers débordés par les multiples incendies dans la ville et privés d’eau par l’éclatement des conduites, ne peuvent intervenir efficacement. Mais laissons l’historien Patrick Demouy en faire le récit : « Une poutre de  l’échafaudage en feu s’effondre et décapite l’ange. Sa tête tombe sur le sol 4 mètres plus bas et se brise en une vingtaine de morceaux. » Qui se soucie alors de cette statue presque anonyme dans cet enfer de destruction ? Si, une seule personne, un prêtre, l’abbé Jules Thinot, le maître de la chapelle de Notre-Dame de Reims. Dès le lendemain de l’incendie, pieusement il rassemble de nombreux fragments de statuaires qu’il met en sûreté dans les caves de l’archevêché. ».

14:59 Publié dans ARCHITECTURE, DOCUMENTAIRE, GUIDES, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker