Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 juillet 2017

12 COUTURIERES QUI ONT CHANGE L'HISTOIRE - Bertrand Meyer-Stabley

12-couturieres-qui-ont-change-l-Histoire.jpg


L’histoire de 12 couturières de formation qui sont devenues de grandes créatrices de Haute Couture et surtout qui ont révolutionné chacune à leur époque le style des femmes par le vêtement.

Comment sont elles arrivées au sommet ? Quel a été leur parcours ? Quels sont leurs modèles, techniques, sources d’inspiration ? Les réponses à ces questions se trouvent dans ce livre mais aussi si on sait regarder leurs créations…

Au hasard trois de ces couturières et leur particularité :

Rose BERTIN (née en 1747) : invente le prêt à porter, à l’époque le métier de marchand de mode « achève et ennoblit le vêtement » peut on lire dans l’Encyclopédie de Diderot en 1765… parmi ses clientes on trouve Marie-Antoinette ou encore des Rohan ou Clermont-Tonnerre…

Jeanne LANVIN (née en 1867) : introduit l’utilisation du parfum à la haute couture, on lui doit la création de « Arpège » en 1927. La même année elle remet en avant l’influence médiévale dans sa collection de vêtements dans la coupe, les motifs géométriques, l’allure des chapeaux…

Germaine GRES (née en 1903) : impose le style ultra épuré avec une volonté de dépouillement qui va jusqu’à l’absence de sac ! Elle habille Grace de Monaco ou encore la Bégum Aga Khan.

D’une densité incroyable en informations, ce livre ravira les amoureuses du beau vêtement !
 

11:42 Publié dans BIOGRAPHIES, DOCUMENTAIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

29 juin 2014

JEAN-PAUL II - Ma vocation, don et mystère

 

pape,religion

À l'occasion du 50e anniversaire de son ordination sacerdotale, Jean-Paul II a écrit ce livre sur les sources de sa vocation.

Polonais de naissance, né en 1920, Jean-Paul II voit son pays pris en étau par les horreurs du totalitarisme absolu telles qu’Auschwitz, le ghetto de Varsovie et 45 ans de dictature communiste…

Sa mère meurt quand il a neuf ans, son père profondément religieux fit de sa vie une prière constante. Jeune prêtre, il travaille durement comme ouvrier dans une carrière de pierre, et côtoie ainsi la réalité de ce milieu caractérisé par ses actions courageuses portées par une foi indéfectible.

Pour Jean-Paul II, cette foi polonaise a permis la résistance à l'oppression et conservé l’unité de son pays. 

Une sorte d’autobiographie qui explique pourquoi Jean-Paul II fut un modèle d’espérance et de courage pour le monde (qu’on soit croyant ou pas cet homme fut un repère spirituel).

Personnellement, j’ai croisé Jean-Paul II le 1er juin 1980 lors de sa venue au séminaire d’Issy-les-Moulineaux et j’avais été frappée par son aura charismatique, par  la sérénité, la force et la bienveillance qui émanaient de lui.

Cet homme n’avait pas peur de la vie car son histoire personnelle lui en avait montré la valeur. Avec ce qu’il avait vécu il aurait pu choisir les ombres du cynisme, il a choisi la lumière et la joie…

Un petit livre à lire pour mieux connaitre un personnage qui a marqué son siècle.

 

09:18 Publié dans BIOGRAPHIES, GUIDES, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

02 avril 2014

Ma grand-mère russe et son aspirateur américain - Meir SHALEV

shalev,aspirateur,israel,russe,amerique

 

Roman en bonne partie autobiographique.

Attention, il faut aimer le style Woody Allen pour en apprécier les notes d’humour si vous voulez plonger dans cette saga familiale israélienne. Sinon n’ouvrez pas le livre !

L’auteur, israélien, met en vedette sa grand-mère Tonia,  personnage haut en couleur, caractérisée par son obsession maladive de la propreté, par son mauvais caractère, par son aversion de tout ce qui vient des Etats-Unis :

"Mais la manucure incarnait un symbole négatif, le pire de tous, car elle s'appliquait aux doigts, aux mains industrieuses vouées à labourer, bêcher, semer et construire. Les mains des pionniers que la révolution devait arracher à la plume, au commerce, à la casuistique talmudique pour les renvoyer aux outils et aux travaux des champs..."

et aussi pour toujours prononcer sa phrase fétiche avant de raconter des faits : 

« Alors, voilà… Les choses se sont passées ainsi … »

Le seul membre de la famille qui a choisi d'émigrer en Amérique envoie à la grand-mère un aspirateur surnommé « sweeper », objet alors inconnu dans ce village d’Israël, mais la grand-mère se méfie…et à raison lorsqu’elle découvre avec stupeur que la saleté n'a pas disparu de chez elle puisque caché dans le sac de l’aspirateur dans sa maison ! : Immédiatement enfermé dans la salle de bains l’aspirateur sera enfermé durant quarante années avant de se retrouver dans la vitrine d’un magasin d’électroménager… aux Etats-Unis…

En vérité je vous le dis, Woody Allen pourrait faire une adaptation cinématographique de cette histoire : ça lui irait comme un gant !

10:45 Publié dans BIOGRAPHIES, ROMANS | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

25 juillet 2013

BARACK OBAMA - Les rêves de mon père

barack,obama,usa,politique,noir,métisse

Voilà un livre que je m’étais promis de lire dès 2008 et que j’ai enfin réussi à lire cette semaine (5 ans après…) !

Cette autobiographie de Barack OBAMA est intéressante à plus d’un titre : déjà elle a été écrite en 1988 et c’est donc édifiant de voir les événements qui ont suivis et aussi ce témoignage autobiographique est intéressant car on a tendance à croire que Obama fait partie des nantis de naissance, or c’est plutôt le portrait d'un Obama trimbalé et dissipé puis d'un adolescent un peu paumé qu'il nous livre.  

J’ai aimé le style d’écriture d’Obama à la fois très visuel et très narratif avec une vraie cohérence dans l’authenticité et l’humilité car celui là connait ses limites et son côté obscur…

Je me rappelle que lors de son élection en 2008 il avait rétorqué à un journaliste qui lui disait qu’il était noir avant tout : « je suis américain… » .

Toutefois, 20 ans plus tôt, Obama avait bien conscience que même à notre époque, être noir c’est aussi avoir collé à la peau l’héritage des préjugés de nations colonialistes et du clivage homme blanc / homme noir et qu’en conséquence il est encore plus complexe d’être métissé.

Extraits choisis :

« J’étais tombé sur l’un des secrets les mieux gardés sur les Noirs : la plupart d’entre nous n’étaient pas intéressés par la révolte ; la plupart d’entre nous étaient fatigués de penser tout le temps au problème racial, si nous préférions rester entre nous, c’était surtout parce que c’était le meilleur moyen d’arrêter d’y penser ».

« Pour ma part, je n’étais pas sûr de savoir raison garder et je craignais de retomber dans mes vieilles habitudes. J’adoptais donc la démarche, sinon les convictions, du prédicateur préparé à voir la tentation partout et à dompter une volonté qu’il sait fragile ».

« Bien sûr, on ne peut pas en vouloir aux Noirs américains de rechercher un passé intact. Après tout ce qu’ils ont souffert, et tout ce qu’ils souffrent encore, d’après ce que je lis dans les journaux… Ils ne sont pas les seuls à avoir ce désir. Les européens veulent la même chose. Les allemands, les anglais…ils réclament tous Athènes et Rome comme leur propriété, alors qu’en réalité leurs ancêtres ont participé à la destruction de la culture classique».

Obama nous le fait comprendre de façon tacite par son récit : il est la somme de ses rencontres et de ses expériences multiculturelles, c’est bien par cette particularité qu’avec Obama une nouvelle perspective mondiale s’est ouverte en 2008 avec son élection en tant que Président des Etats Unis : un nouvel équilibre peut enfin s’établir avec lui et avec ses réformes de fond.

Bio WIKIPEDIA sur Barack OBAMA :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Barack_Obama

16:28 Publié dans BIOGRAPHIES, DOCUMENTAIRE, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

19 mars 2013

Michel SERRAULT... vous avez dit Serrault ? AUTOBIOGRAPHIE

serrault,autobiographie,cinema,theatre

Une belle autobiographie jamais ennuyante ni ennuyeuse !

Michel Serrault  a écrit sa bio trois ans avant sa mort et dans son écriture on sent encore ce sens de la facétie qui l’animait !

Michel Serrault nous parle de ses amis et de ses rencontres (Jean Yann, Jean-Pierre Mocky, Michel Simon, Brigitte Bardot, Gérard Depardieu, Charlie Chaplin, Mathieu Kassowitz, Claude Chabrol, …et souvent de Jean Poiret, son meilleur ami devant l’éternel.

Il nous parle aussi avec pudeur de ses drames personnels qu’il n’a jamais étalés au grand public : notamment de sa fille Caroline morte accidentellement en 1977 alors âgée de 19 ans.

Un vrai amour des autres et un vrai sens de l’improvisation bien résumé dans une réplique à une fan qui venait le voir en loge :

« Excusez-moi de vous dire ça Monsieur Serrault, mais vous m’avez fait tellement rire ! »

Serrault lui répondit : « Ne vous excusez pas Madame : je l’ai fait exprès. »

Je me suis régalée à la lecture de cette autobiographie qui  est à l'image de l'auteur : drôle, cynique et émouvant.

L’homme en plus d’être un comédien hors pair est aussi un bon écrivain !

 

11:18 Publié dans BIOGRAPHIES, CINEMA | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

17 décembre 2012

VIOLLET LE DUC : ENCYCLOPEDIE MEDIEVALE

encyclopédie,médiéval,viollet le duc, architecture,

Au début des années 1830, un mouvement de restauration du patrimoine médiéval apparut en France.

Prosper Mérimée demanda à Viollet-le-Duc (1), architecte d’entamer une longue série de restaurations monumentales dès  dont les plus connues sont :  le Mont Saint Michel, Carcassonne, la Cathédrale Notre-Dame de Paris, le Château de Roquetaillade et le Château de Pierrefonds…

On a beaucoup critiqué le grand architecte – spécialiste de l’architecture et du savoir faire médiéval - de plagiat néo-gothique. De nombreux architectes, par purisme (et aussi vraisemblablement par jalousie de son talent), ont critiqué le travail de restauration de Viollet le Duc.

Pour mieux comprendre le  travail de VIOLLET LE DUC, la connaissance de son œuvre écrite est indispensable : lire son Encyclopédie médiévale (2) permet de mesurer l’étendue des connaissances et la précision de cet homme à qui on doit les plus belles restaurations médiévales du 19ème siècle.

(1)  Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc, né le 27 janvier 1814 à Paris et mort le 17 septembre 1879 à Lausanne.

(2) ENCYCLOPEDIE MEDIEVALE – Viollet Le Duc : Editions Bibliothèque de L’Image - Format grand livre : 364 x 255 cm, poids : 3925 grammes !) - Tomes 1 et 2 fondus = 719 + 720 pages richement illustrées de 1335 figures – 69,90 euros.

13:07 Publié dans ARCHITECTURE, BIOGRAPHIES, DOCUMENTAIRE, GUIDES | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

22 mai 2012

OU ETAIENT LES TABLEAUX (mémoire sur Gertrude Stein et Alice Toklas) – James LORD

lord,picasso,stein,tableaux,tableau,picasso,amantes,artistes,guerreJames Lord  a côtoyé tous les plus grands artistes du siècle dernier : de Picasso à Balthus, en passant par Giacometti. Il leur a consacré des biographies écrites dans un style acide avec en toile de fond la guerre, qui exalte  les comportements les plus sordides et obscurs de la nature humaine.

Une de ses biographies les plus étonnantes est celle sur  Gertrude Stein et d’Alice Toklas : amantes, L’une : écrivain tyrannique, « moche sale et méchante » , l’autre : compagne dévouée, soumise mais pas moins égocentrique.

Les murs de l’appartement de ces dernières sont tapissées d’une légion de tableaux de Picasso et surtout il y a le portrait de Gertrude Stein peint par le maitre qui semble avoir la même fonction que celle qu’Oscar Wilde donna au Portrait de Dorian Gray : ce tableau avait une existence propre et une énergie bien à lui !

Ce livre est un exercice de style remarquable tant sur le fond que sur la forme.  Il  faut lire James Lord et surtout cette biographie des amantes Stein / Toklas : pour le style mais aussi pour les tournures d’esprit et de discernement.

 James Lord en plus d’avoir un grand talent d’écrivain était aussi un grand analyste de la nature humaine et il sait parfaitement en dénoncer les côtés obscurs.

11:56 Publié dans BIOGRAPHIES | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

12 avril 2012

WINSTON CHURCHILL (le pouvoir de l'imagination) - François KERSAUDY

9782847345834.jpg

Quand on lit la biographie de Winston Churchill, on se dit que certains individus écrivent leur destin encore de façon plus spectaculaire qu’un super héros de fiction !

Doté d’un égo surdimensionné, d’une personnalité complexe et d’une audace alliée à une imagination sans borne pour détourner les obstacles et y parvenir, la vie de cet homme justifie la lecture de 600 pages qui nous livre le personnage tel qu’il était : un grand stratège et un grand serviteur de l’Etat qui joua un rôle majeur dans le règlement de la Seconde guerre mondiale.

L’auteur synthétise ses recherches sur la vie de Churchill issues des archives de huit pays, la consultation de quatre cents ouvrages et l'interview de nombreux acteurs et témoins, le tout saupoudré des citations non moins célèbres du personnage qui le définissent aussi bien que ses réalisations :

"J’aime que les choses arrivent et, si elles n’arrivent pas, j’aime les faire arriver."

"Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre."

"Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté."

"Tout le monde savait que c'était impossible à faire. Puis un jour quelqu'un est arrivé qui ne le savait pas, et il l'a fait."

"Que la stratégie soit belle est un fait, mais n’oubliez pas de regarder le résultat."

Et aussi dans le privé :

« Nous sommes tous des vers », avait modestement confié le jeune Winston à une amie, « mais je crois que moi, je suis un ver luisant ! » …

 

10:54 Publié dans BIOGRAPHIES | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

01 août 2011

Je viens de toutes mes enfances - Jacques SALOME

9782226187727.jpg

Lire  Jacques Salomé est toujours un moment privilégié : ce psy spécialiste des relations humaines a en effet élaboré des méthodes simples et efficaces pour (se) comprendre et communiquer avec les autres (et soi-même). Ceux qui connaissent les ouvrages de Jacques Salomé (traduits en 17 langues), ne me contrediront pas !

A ma grande surprise en lisant son autobiographie d'enfance, il faut ajouter que Jacques Salomé a également un talent pour la narration et cela est d'autant plus une performance qu'il y allie humilité et humour en nous livrant sans détour ce que d'autres laissent enfoui dans leur jardin secret ou les dédales les plus sombres de leur mémoire.

A la lecture de ce livre, on rit, on s'émeut, on ressent de la compréhension car finalement toutes ces enfances racontées par l'auteur, on en ressort soulagé, soulagé que quelqu'un ait eu le courage et l'aisance à raconter ces ressentis et ses émotions si personnels et si proches de nos propres enfances cependant.

La joie aussi de constater que, même si la vie est facétieuse, celui porte en lui l'amour de la vie et qui sait s'emerveiller de toute la beauté du monde recevra ce qu'il mérite car il en est digne. Le don de soi c'est savoir transmettre son expérience de la vie aux plus jeunes pour que ces derniers vivent leur vie comme un point d'exclamation, et Jacques Salomé le fait fort bien...

 

Bio de Jacques Salomé :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Salom%C3%A9

 

21:35 Publié dans BIOGRAPHIES | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

18 juin 2011

FOUQUET ou Le Soleil offusqué - Paul MORAND

 

9782070323142.jpg

 

 

Si biographie rime souvent avec assommoir : il n'en est rien pour celle-ci.

Style et narration jamais ennuyeuse, bons mots, nombreuses références historiques et citations de l'époque documentées, cette biographie de FOUQUET se lit d'une traite car il est impensable de quitter ce bon moment ne serait ce qu'un seul instant.

On rit aussi, du ridicule de Colbert (envieux et veul), on s'extasie du génie de Fouquet et on méprise la médiocrité de la face cachée d'un Roi Soleil (qui finalement était le reflet de ses courtisans et qui en jalousant Fouquet jusqu'à commanditer sa perte, montra l'évidence de son non génie à lui)...

"Admirable mémoire du 1er octobre ! on y sent Colbert vivre, haïr comme il respire ; lui silencieux, soudain éloquent à décrier : "Votre éminence trouvera ci-joint un mémoire qui m'est échappé des mains" (hypocrisie)...quoiqu'il ne contiennent que les ombres d'une connaissance dont Votre Eminence à toutes les lumières" (flatterie), "Votre Eminence verra combien il est important que ce mémoire reste secret" (délation)..."L'ancien Conseil des Finances a disparu..." (euphémisme ; lire : Fouquet trafique désormais librement). "Plus de registres tenus ; anciennes créances sans valeur que Fouquet se fait payer comptant" (médisance)... "Avec cet argent, Fouquet a acheté tout le monde...," (envie). "C'est le pillage, le peuple est écrasé et seul à payer" (civisme sentimental).

Cette biographie est un réquisitoire, durant lequel le chef d'orchestre Paul Morand, rend à Fouquet et à son oeuvre ses lettres de noblesse.

 

12:09 Publié dans BIOGRAPHIES | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

05 février 2011

J'ai ce que j'ai donné - Jean GIONO

img101.jpg

 

Il n'est pas rare que les biographies écrites par la progéniture de gens célèbres et reconnus affichent un ton amer et des mots acides à leur encontre. Ce qui n'est pas le cas de cette biographie de Jean GIONO réalisée par sa fille Sylvie sous forme de correspondances familiales de ce dernier avec tous les membres de sa famille et parsemée par ci par là de photos privées.

On y découvre un Giono affectueux, disponible mais réveur mais aussi un homme généreux d'une grande cohérence entre ce qu'il écrivait et vivait : "vous croyez que c'est ce que vous gardez qui vous fait riche. On vous l'a dit. Moi je vous dis que c'est ce que vous donnez qui vous fait riche. Tout ce que vous entassez hors de votre coeur est perdu." (in Jean Giono - Que ma joie demeure).

Une vie entière de correspondance, du joli compliment qu'il adresse à ses parents le 24 octobre 1900 (voir image), au petit mot qu'il envoie à une amie le jour de sa mort le 8 octobre 1970...

La lecture de ce livre nous rappelle combien ce sont les petites joies du quotidien qui sont essentielles à notre bonheur et surtout combien Giono savait faire naitre l'enchantement du récit.

 

 

17:54 Publié dans BIOGRAPHIES | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

10 janvier 2011

Charles de Leusse - Citations

 

Citations%20FR%2006%20%28Charles%20de%20LEUSSE%29.jpg

 

 

Charles de Leusse est un écrivain contemporain qui écrit depuis une quinzaine d’années.

Le choix de la poésie, des aphorismes et d’un style d’écriture concis le caractérise, le tout saupoudré d’une bonne dose d’humour ce qui rend le mélange surprenant parfois.

On retrouve dans toute son œuvre une récurrence des thèmes chers à l’auteur : la vie, l’amour, la mort, la joie, la trahison, la justice…

Ses citations sur dicocitations :

http://www.dicocitations.com/citation.php?id=2699


Parmi ses citations les plus connues :


« À la vieillesse, les dents tombent,
Non les doigts. »

Charles DE LEUSSE

« À quoi bon les yeux
Sans rien derrière eux ? »

Charles DE LEUSSE

« Ainsi, la justice est longue,
Mais la prison est plus longue. »

Charles DE LEUSSE

« L' amour est si grand Qu'il n' a de vêtement. »

Charles DE LEUSSE

« L'amour, c'est comme l'alphabet. Par un grand A commencé, Par un grand Z, ça finit. Mais vive l'amour, vive la vie ! »

Charles DE LEUSSE

« Les amoureux Dégainent leurs yeux. »

Charles DE LEUSSE

« Amoureux goûtent les lèvres
Sur l'arbre du sourire. »

Charles DE LEUSSE

« Amoureux il est tombé.
Mais l'amour l'a relevé. »

Charles DE LEUSSE

« Des amoureux le sourire Est gondole de leur désir. »

Charles DE LEUSSE

« Amoureux ont trois mains : Deux libres et deux serrées. La fusion de ce lien Commence par un baiser. »

Charles DE LEUSSE

« L'amoureux saborde son corps, Car il coule dans le bonheur. »

Charles DE LEUSSE

« Les amoureux se tiennent la main, Car l'un se noie quand l'autre tient. »

Charles DE LEUSSE

« L'amoureux vole un baiser. Il encourt perpétuité. »

Charles DE LEUSSE

« Au cercueil sert le même bois,
Et à la charpente du toit. »

Charles DE LEUSSE

« Au pouvoir, c'est le réalisme.
Il y a bien des quêtes à chaque messe. »

Charles DE LEUSSE

« Au tribunal de l'amour, La défense demande sa cour. »

Charles DE LEUSSE

« Au-dessus du ciel,
Tout est beau, mais seul. »

Charles DE LEUSSE

« Avant de tomber au sol,
La pluie a touché le ciel. »

Charles DE LEUSSE

« Avec deux lèvres,
Faut-il deux verres ? »

Charles DE LEUSSE

« Avec le déluge de Dieu,
Noé n'a vu que les cieux. »

Charles DE LEUSSE

« Avec un peu d' amour, S'assaisonnent tous les corps. »

Charles DE LEUSSE

« Les aveugles Aussi pleurent. »

Charles DE LEUSSE

« Avoir une idée,
Est-ce donc Dieu voler ? »

Charles DE LEUSSE

« Le baiser n'est ni repris Ni échangé, car gratuit. »

Charles DE LEUSSE

« Un baiser, c'est la rosée Du matin qui s'est levé. »

Charles DE LEUSSE

« Un baiser, ce sont deux lèvres. Un amour, ce sont deux corps. »

Charles DE LEUSSE

« Un baiser, l' amoureux donne. Puis le vole par un deuxième. »

Charles DE LEUSSE

« Les balles perdues de l' amour, C'est aussi joie de vivre. »

Charles DE LEUSSE

« Un bisou sur une joue Fait rougir les deux joues. »

Charles DE LEUSSE

« C'est dépôt de bilan, la mort.
Ou plutôt un dépôt de corps. »

Charles DE LEUSSE

« C'est diamant brute la passion:
Diminuera pour être plus beau. »

Charles DE LEUSSE

« Les caresses sont un vent Qui souffle du dedans. »

Charles DE LEUSSE

« Cent gens entrent mieux qu'un géant.
Une grosse réforme passe moins que cent. »

Charles DE LEUSSE

« Certains mangent pour n'être mangés,
Et ils finissent par s'étouffer. »

Charles DE LEUSSE

« Chaque amoureux a l'amour Qu'il convertit en futur. »

Charles DE LEUSSE

« Corps est rosée du matin Qui brille au lever des mains. »

Charles DE LEUSSE

« Déborde le fleuve, Pas le soleil. »

Charles DE LEUSSE

« Deux amoureux, deux îles Qui se rapprochent toutes seules. »

Charles DE LEUSSE

« Diamants viennent de la terre ; Et les femmes d'autres femmes. Car le diamant des mères est écrit par leur dame. »

Charles DE LEUSSE

« Les doigts sur les vitres Laissent des traces sur elles ; Les doigts sur le corps En laissent d'invisibles. »

Charles DE LEUSSE

« L'eau caresse dans le verre, Comme l'amour dans le corps. »

Charles DE LEUSSE

« D'un enfant le sourire Agrandit l'univers. »

Charles DE LEUSSE

« L'épée de l'amour Transperce même la chair. »

Charles DE LEUSSE

« Et plus l'amour manque de causes, Plus ses effets les remplissent. »

Charles DE LEUSSE

« Étoiles sont fissures de lumière De la nuit que transperce le cœur. »

Charles DE LEUSSE

« Femmes ont soupir de l'intérieur. »

Charles DE LEUSSE

« Flèche dans son cœur de dame A transpercé son âme. »

Charles DE LEUSSE

« Grâce à toi, toute chose est belle, Car ce trop plein tu leur donnes. »

Charles DE LEUSSE

« Jalousie nous dévore. Nous sommes son plat du jour. »

Charles DE LEUSSE

« «Je t'aime» commence par «Je», Mais il finit par toi. »

Charles DE LEUSSE

« «Je vais t'offrir un cadeau.» Trop tard : tu es déjà là… »

Charles DE LEUSSE

« Jumelles voient de loin quand prés des yeux. Loin de soi, prés du cœur ; amoureux. »

Charles DE LEUSSE

« Le lac de tes yeux Ranimera mon feu. »

Charles DE LEUSSE

«  Le contrat de l'amour Se signe sur les lèvres. »

Charles DE LEUSSE

« Une lettre à l'aimée, c'est L'encre embrassant le papier. »

Charles DE LEUSSE

« Les machos ont la migraine : «Pas ce soir, chéri, je m'aime.» »

Charles DE LEUSSE

« Le mariage devant le maire est d'abord devant l'amour. »

Charles DE LEUSSE

« Un mot «amour» A fait mille livres. »

Charles DE LEUSSE

« Des moutons sont sous le lit, mais le loup est sur le lit. »

Charles DE LEUSSE

« Mystère de l'amour est comme creuser l'eau : tout se referme. »

Charles DE LEUSSE

« Notre impôt sur l'amour Se collecte sur les lèvres. »

Charles DE LEUSSE

« Nous parlons par la bouche ; Amoureux par les lèvres. »

Charles DE LEUSSE

« Paix se fait à deux. Et l' amour aussi. »

Charles DE LEUSSE

« Les perles de tes yeux sont encore Dans l'éclat des mers qu'est ton corps. »

Charles DE LEUSSE

« Personne n'a vu Dieu, Mais j'ai vu tes yeux. »

Charles DE LEUSSE

« Les pétales de leurs lèvres N'ont pas l'épine des corps. »

Charles DE LEUSSE

« Le pire ennemi, c'est soi-même, Mais je ne le tue, car je l'aime. »

Charles DE LEUSSE

« La poignée du cœur est la main de l'autre. »

Charles DE LEUSSE

« Pour lui, elle se plie en quatre. C'est l'origami du cœur. »

Charles DE LEUSSE

« Pour mieux se tenir la main, Amoureux se tiennent les yeux. »

Charles DE LEUSSE

« Pour taire l'amour, Il faut un sourd. »

Charles DE LEUSSE

« Quand l'aimée est ailleurs, Nos pensées sont ailleurs. »

Charles DE LEUSSE

« Quand les amoureux se rencontrent, Il y a un accident des lèvres. »

Charles DE LEUSSE

« Quand on présente son cœur, Il est à découvert. »

Charles DE LEUSSE

« Quand s'embrassent les amoureux, Ils s'embrassent même les yeux. »

Charles DE LEUSSE

« Qui s'oublie dans l'amour Se souvient du futur. »

Charles DE LEUSSE

« Rail plus long que les wagons ; Et l'espoir que nos raisons. »

Charles DE LEUSSE

« La religion des cœurs a converti des corps. »

Charles DE LEUSSE

« Les roses ont des chemins, Mais n'ont que des matins. »

Charles DE LEUSSE

« S'embrasser cache les lèvres ; Mais montre notre amour. »

Charles DE LEUSSE

« Se regardent deux amoureux : C'est un naufrage par le feu. »

Charles DE LEUSSE

« Si Cupidon rate le cœur, Il touche mortellement le corps. »

Charles DE LEUSSE

« Si l' amour est aveugle, Pourquoi nous regarde-t-il ? »

Charles DE LEUSSE

« Si la rose est belle fleur, C'est aussi parce qu' elle s' ouvre. »

Charles DE LEUSSE

« Si le chien miaule, C'est qu'il le mange. »

Charles DE LEUSSE

« Si tu me quittes, Donc je me quitte. »

Charles DE LEUSSE

« Le sniper du cœur Ne rate que les fleurs. »

Charles DE LEUSSE

« Sont les lèvres Le soupir De la bouche Qui se couche. »

Charles DE LEUSSE

« Le sport éprouve le cœur. La vie éprouve l'amour. »

Charles DE LEUSSE

« Le surplus du cœur Déborde d'un sourire. »

Charles DE LEUSSE

« Tentative de mariage bon Avec préméditation. »

Charles DE LEUSSE

« Les terroristes tuent de loin, Mais la lâcheté n'est pas loin. »

Charles DE LEUSSE

« De tes yeux l'éclair Fait sonner le cœur. »

Charles DE LEUSSE

« Tes yeux ont volé à l'aube sa clarté. »

Charles DE LEUSSE

« Tes yeux sont tellement bleus À tant toucher les cieux. »

Charles DE LEUSSE

« Tout le monde cueille L'or du soleil. »

Charles DE LEUSSE

« Un verre de bonheur Remplit tout le corps. »

Charles DE LEUSSE

« Les yeux déshabillent ce que mains habillent. »

Charles DE LEUSSE

 

11:16 Publié dans BIOGRAPHIES, CITATIONS | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

19 juillet 2010

WARHOL SPIRIT - Cécile Guilbert

 Warhol-Spirit.jpg

Des livres sur Andy Warhol il y en a légion... mais un coup de chapeau à cet essai de 270 pages par Cécile Guilbert où cette dernière autopsie le mythe Warhol : comment il s’est construit, déconstruit, et se fait reconstruire, encore et encore.

La pensée prémonitoire de la répétition exploitée à outrance par Andy Warhol est affichée par les citations et extraits de journal intime ainsi que par des extraits d'interviews. Banal méthode me direz vous ? point du tout ! car le tout est exposée façon pop art et ce livre c'est le maître lui même qui aurait pu le construire ainsi !

De son vivant, Warhol ne laissait pas indifférent : "spectre", "Peter Pan", "plein d’amour", "répugnant", "très catholique", "extrémiste"… pour finir sur ce magnifique "Andy était le trou noir dans l’espace" d’Ultra Violet. Une moitié d’homme, plus ombre que jamais.

Warhol Spirit est plus qu’un essai, c’est une matière d’art. L'hommage rendu dans ce livre est beau : le moindre des hommages à Warhol, un artiste qui aurait voulu que soit écrit "produit" sur sa tombe au lieu de son nom.

Pour les fans de Warhol et les férus d'art contemporains : à lire absolument !

14:33 Publié dans BIOGRAPHIES | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

03 décembre 2009

Vies Littéraires - Edward SOREIL

55442.jpg

Edward Sorel exécute la biographie sous forme de bande dessinée caricaturée et décalée d'une dizaine d'écrivains illustres des XIXe et XXe siècles : Léon Tolstoï, Marcel Proust, Carl Jung, Jean-Paul Sartre, Bertolt Brecht et différents auteurs anglophones.

Plutôt que d’insister sur le génie des uns et des autres, Sorel ne retient de ces sommités que leurs pires traits de caractère, que leurs actions les moins valorisantes.

Au-delà, Vies littéraires démontre avec efficacité qu'il faut dissocier l'œuvre et l'artiste : un romancier formidable peut aussi être un salaud, un con, un despote familial, un allumé, un mégalomane, etc. Ce qui ne diminue en rien l'intérêt de ses œuvres…

A lire donc en appréciant le format A5 très agréable à manier et en riant à la vue de ces caricatures journalistiques en imaginant qu’on pourrait faire de même en caricaturant les sommités qui nous entourent, nous…

21:54 Publié dans BIOGRAPHIES | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker