Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 juin 2015

Faut pas pousser mémé dans les orties - V. Albouy / R. Garrigue

51lJedRRFNL._SX258_BO1,204,203,200_.jpg« C'est l'arbre qui cache la forêt », « Scier la branche sur laquelle on est assis », « Pousser comme un champignon », « Couper l'herbe sous le pied », « trembler comme une feuille »…

Au total : 100 expressions que nous employons au quotidien sans connaitre leur signification. Leur point commun est qu’elles ont toutes un lien avec la botanique et sont illustrées avec humour au sens propre de l’expression.

On peut lire les expressions dans l’ordre qu’on veut, il suffit juste de se référer à l’index des expressions.

Une lecture qui aère les cheveux durant les longues vacances d’ été !

14:44 Publié dans DOCUMENTAIRE, HUMOUR | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

15 février 2015

Votre déco vous trahit – Maxime Denis / Bertrand Dumas de Mascarel

sociologie,deco,maison

Petit livre de sociologie humoristique sur la déco avec déclinaison de trois genres et ses sous genres :

BBB (Béret, baguette-bouteille) : C'est l'insert dans la cheminée, le style rustique, l'armoire en chêne.

MTV (Mode, tendance, vogue) : L'espace home-video, le canapé en cuir, le mélange des styles ancien-contemporain, de la couleur mais pas trop, sur un seul pan de mur.

BCBG (Bon chic, bon genre) : Le parquet est d'époque, mais il n'est pas restauré. Et vous n'avez qu'une chaise Louis XVI.

J’ai particulièrement ri à la lecture des chapitres BCBG (incluant les aristocrates), quelques extraits de la prose caustique de l’auteur :

« On était chouan chez les Dessertaux, et personne ne doit l’oublier : un arbre généalogique se déploie avec son enchevêtrement de noms et de discrets blasons multicolores. Face à la chambre de Geoffroy et de Jean, les petits derniers, leur père a accroché un superbe portrait du maréchal, ainsi que les photographies de deux oncles morts glorieusement au champ d’honneur, en Indochine. Ici, l’éducation est entièrement basée sur l’admiration des anciens dès le berceau. »

« Fils d’un notaire de Loudun, Gonzague-Hubert Vilain de Bourgeneuf avait toujours su qu’il hériterait de la grosse bâtisse achetée par son grand-père Gaston et « castellisée » par son père Jacques. Trois générations, cela suffit pour en parler comme d’une « maison de famille ». Il ne lui manquait qu’une femme bien née, entendons par là avec les ancêtres que, lui, n’a pas, pour tenir noblement son « château ». Une dot et des espérances rendaient encore plus séduisante la malheureuse Diane de Capet d’Epay. Elle, qui n’avait pas plus de cervelle que son fiancé de sang bleu, pensait qu’il suffisait d’afficher des idées rassies pour être gentilhomme. Ainsi fît-elle faire à son antique famille d’extraction son alliance la plus bourgeoise. »

« On se demande si l’électricité a fait sont entrée dans cet appartement. Bernadette d’Huvieu d’Effréchy appartient encore à un monde qui s’éclairait aux bougies. Enfin, pour avoir vécu les guerres, elle ne juge aucune économie domestique superflue. Il ne s’agit pas d’avarice, mais d’un reste d’éducation janséniste qui a poussé des générations égarées à manger les fruits pourris et le pain dur, pendant que les frais s’avariaient. »

« Parfois un de ses neveux, vieux garçon de cinquante-cinq ans, vient dormir chez elle. Ils parlent généalogie. Elle lui a abandonné une pièce, qui devient de plus en plus crasseuse. Sa tante est convaincue qu’il publiera un jour et la remerciera sur la page de garde. » .

10:18 Publié dans ARCHITECTURE, DOCUMENTAIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

30 décembre 2014

LES ROIS MAUDITS D’ANGLETERRE - Alain BOURNAZEL

angleterre,rois,dynasties

Jamais après lecture de ce livre (un pavé de 436 pages) nous ne pourrons oublier les alliances qui lièrent de façon si intemporelles les dynasties françaises et anglaises : et pour cause l’Angleterre fut d’abord régentée par des rois français ! D’emblée, nous comprenons que tout commença autour du lit de mort de Guillaume le Conquérant pour se terminer six siècles plus tard avec l’avènement de la dynastie des Hanovre.

Des épisodes dignes de pièces shakespeariennes : en Angleterre, les dynasties se succèdent : Normande, Plantagenêt, Lancastre, York, Tudor, Stuart. Le royaume d’Angleterre apparaît comme le théâtre de règlements de comptes sanglants permanents. Ces 6 siècles de dérives cesseront en1688 où le pouvoir relèvera désormais d’un gouvernement dirigé par un Premier Ministre et étroitement contrôlé par le Parlement.

L’auteur de ce livre qui pourtant n’est pas historien de formation a su documenté le sujet très précisément et avec un style littéraire qui ne lasse pas du début jusqu’à la fin… Chaque page est une mine d’or d’informations et de culture sur le sujet. Les analyses sont pertinentes et restent fidèles aux documents et témoignages de l’époque.

A lire absolument ne serait ce que pour acquérir de nouvelles connaissances sur cette période et faire des parallèles et recoupements historiques France / Angleterre…

 

21:24 Publié dans DOCUMENTAIRE, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

27 juin 2014

Mystérieux Templiers - Jean-Vincent BACQUART

 

templiers

Dans ce livre, l’auteur s’appuie sur des faits avérés pour départager ce qui relève de l'Histoire et de la légende. L’Ordre du Temple, qui a perduré deux siècles, suscite encore aujourd’hui un nombre important d'idées reçues, de fantasme et de délire.

Le livre est très bien construit (voir sommaire plus bas). Sur un sujet que je connais bien, j’ai moi-même appris une foultitude de détails que j’ignorais, je peux donc dire que ce livre a du contenu.

J’ai particulièrement apprécié la partie « Fables Templières » qui pulvérise totalement les élucubrations que le cinéma,  la littérature et les amateurs de sensationnel ont pu produire sur l’hypothétique relève des Templiers…

Sommaire du livre :  

Les pauvres Chevaliers du Christ
– « Le pape a fondé l’ordre du Temple pour mener la croisade».
– « Les Templiers sont des moines soldats».
– « Les Templiers sont d’invincibles chevaliers».
– « Les Templiers sont des fanatiques religieux».
– « Les Templiers ne rendent de comptes à personne».

Le Temple au quotidien
– « Les Templiers possèdent neuf mille commanderies».
– « Les Templiers rejettent les femmes».
– « Les Templiers sont les banquiers de l’Occident».
– « Les Templiers sont devenus inutiles après la perte de la Terre sainte».

Une fin brutale
– « Tous les templiers sont arrêtés le 13 octobre 1307».
– « Philippe le Bel convoite les richesses des Templiers».
– « Les Templiers sont condamnés pour hérésie».
– « Les templiers ont tous fini sur un bûcher».

Fables Templières
– « Jacques de Molay a maudit le roi de France et le pape».
– « Les francs-maçons sont les héritiers des Templiers».
– « Les Templiers partageaient les idées des Cathares».
– « Les Templiers ont caché un fabuleux trésor».

 

 

21:36 Publié dans DOCUMENTAIRE, GUIDES, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

01 juin 2014

Dans le secret des cathédrales - François Collombet

cathedrales,secret,architecte,médiéval

Au fil des faits historiques  et des photos, ce livre dévoile les secrets et anecdotes de quarante cathédrales, sur la période où la France (entre le XIIe et le XVe siècle) a fit s’élever à partir de l'Ile-de-France une centaine de cathédrales à travers tout le pays.

Parmi  les plus remarquables monuments : Saint-Denis, Bourges, Chartres, Autun, Beauvais, Puy-en-Velay, Albi, Strasbourg, Notre-Dame de Paris…

Des détails non moins remarquables sur les conditions des chantiers, les noms des bâtisseurs et des contextes politiques qui jalonnèrent leur construction souvent sur plusieurs décennies voire siècles…

Voilà un ouvrage qui se lit d’une traite tant il est dense de contenu et que le style de l’auteur jamais ne lasse !  A lire le dimanche après midi au calme pour une balade hors du temps…

Extrait choisi sur l’ange qui rit de la cathédrale de Reims pour vous donner une idée du style rédactionnel de l’auteur :

« Il est décapité. Le temps passa. Sans doute vécut-il la Révolution avec terreur voyant ses frères de pierre brisés, cassés, décapités, des portails arrachés, le sceptre et la main de justice brûlés et quelle humiliation, cette cathédrale royale transformée en magasin à fourrage ! Mais le pire était à venir. Il vint le 19 septembre 1914, un mois après la déclaration de guerre. Reims est pilonné par les tirs d’artillerie de l’armée allemande. Ce jour là, il est  environ 15 heures, suite à un violent bombardement, le feu prend à l’échafaudage en bois de la tour nord. Les pompiers débordés par les multiples incendies dans la ville et privés d’eau par l’éclatement des conduites, ne peuvent intervenir efficacement. Mais laissons l’historien Patrick Demouy en faire le récit : « Une poutre de  l’échafaudage en feu s’effondre et décapite l’ange. Sa tête tombe sur le sol 4 mètres plus bas et se brise en une vingtaine de morceaux. » Qui se soucie alors de cette statue presque anonyme dans cet enfer de destruction ? Si, une seule personne, un prêtre, l’abbé Jules Thinot, le maître de la chapelle de Notre-Dame de Reims. Dès le lendemain de l’incendie, pieusement il rassemble de nombreux fragments de statuaires qu’il met en sûreté dans les caves de l’archevêché. ».

14:59 Publié dans ARCHITECTURE, DOCUMENTAIRE, GUIDES, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

02 novembre 2013

Là où croît le péril…croît aussi ce qui sauve – Hubert REEVES

reeves,ecologie,planete,humanité,bio-éthique,Déjà la photo du livre donne le ton : Hubert Reeves est plongé dans un clair-obscur qui évoque la dualité de la nature humaine… De même que le titre « Là où croît le péril…croît aussi ce qui sauve » qui est un vers du poète allemand Friedrich Hölderlin.

Ce livre, construit en 3 parties (La belle histoire, la moins belle histoire et le réveil vert) est un état des lieux de l’impact du comportement humain sur l’écosystème planétaire.

Hubert Reeves reste factuel sans être dramatisant mais en exposant quand même des situations et des chiffres qui laissent songeur sur la capacité de l’homme à être un rouleau compresseur.

On note aussi que la dictature du court terme et de l’individualisme humain ne datent pas d’hier (de nombreux exemples dans le livres le démontre) ! Les anecdotes - notamment sur les espèces disparues et le comportement des hommes au fil des millénaires - sont intéressantes et on ne s’ennuie pas au fil du livre qui se lit d’une traite.

Hubert Reeves par son exposé nous rappelle que si l’intelligence de l’homme fait de lui « un sublime joyau de la nature », l’homme s’est lui-même classé au sommet du classement : « à la fois juge et partie ! Nous décidons des critères qui spécifient ce palmarès et nous nous plaçons allégrement au sommet ! ».

L’homme est source de péril…saura-t-il être source de solutions pour la survie de son propre avenir en cessant de détruire son habitat planétaire ? Espérons pour nos enfants qu’il agira en conséquence bioéthique et durable…

19:10 Publié dans DOCUMENTAIRE, ESSAIS, GUIDES, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

25 juillet 2013

BARACK OBAMA - Les rêves de mon père

barack,obama,usa,politique,noir,métisse

Voilà un livre que je m’étais promis de lire dès 2008 et que j’ai enfin réussi à lire cette semaine (5 ans après…) !

Cette autobiographie de Barack OBAMA est intéressante à plus d’un titre : déjà elle a été écrite en 1988 et c’est donc édifiant de voir les événements qui ont suivis et aussi ce témoignage autobiographique est intéressant car on a tendance à croire que Obama fait partie des nantis de naissance, or c’est plutôt le portrait d'un Obama trimbalé et dissipé puis d'un adolescent un peu paumé qu'il nous livre.  

J’ai aimé le style d’écriture d’Obama à la fois très visuel et très narratif avec une vraie cohérence dans l’authenticité et l’humilité car celui là connait ses limites et son côté obscur…

Je me rappelle que lors de son élection en 2008 il avait rétorqué à un journaliste qui lui disait qu’il était noir avant tout : « je suis américain… » .

Toutefois, 20 ans plus tôt, Obama avait bien conscience que même à notre époque, être noir c’est aussi avoir collé à la peau l’héritage des préjugés de nations colonialistes et du clivage homme blanc / homme noir et qu’en conséquence il est encore plus complexe d’être métissé.

Extraits choisis :

« J’étais tombé sur l’un des secrets les mieux gardés sur les Noirs : la plupart d’entre nous n’étaient pas intéressés par la révolte ; la plupart d’entre nous étaient fatigués de penser tout le temps au problème racial, si nous préférions rester entre nous, c’était surtout parce que c’était le meilleur moyen d’arrêter d’y penser ».

« Pour ma part, je n’étais pas sûr de savoir raison garder et je craignais de retomber dans mes vieilles habitudes. J’adoptais donc la démarche, sinon les convictions, du prédicateur préparé à voir la tentation partout et à dompter une volonté qu’il sait fragile ».

« Bien sûr, on ne peut pas en vouloir aux Noirs américains de rechercher un passé intact. Après tout ce qu’ils ont souffert, et tout ce qu’ils souffrent encore, d’après ce que je lis dans les journaux… Ils ne sont pas les seuls à avoir ce désir. Les européens veulent la même chose. Les allemands, les anglais…ils réclament tous Athènes et Rome comme leur propriété, alors qu’en réalité leurs ancêtres ont participé à la destruction de la culture classique».

Obama nous le fait comprendre de façon tacite par son récit : il est la somme de ses rencontres et de ses expériences multiculturelles, c’est bien par cette particularité qu’avec Obama une nouvelle perspective mondiale s’est ouverte en 2008 avec son élection en tant que Président des Etats Unis : un nouvel équilibre peut enfin s’établir avec lui et avec ses réformes de fond.

Bio WIKIPEDIA sur Barack OBAMA :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Barack_Obama

16:28 Publié dans BIOGRAPHIES, DOCUMENTAIRE, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

17 décembre 2012

VIOLLET LE DUC : ENCYCLOPEDIE MEDIEVALE

encyclopédie,médiéval,viollet le duc, architecture,

Au début des années 1830, un mouvement de restauration du patrimoine médiéval apparut en France.

Prosper Mérimée demanda à Viollet-le-Duc (1), architecte d’entamer une longue série de restaurations monumentales dès  dont les plus connues sont :  le Mont Saint Michel, Carcassonne, la Cathédrale Notre-Dame de Paris, le Château de Roquetaillade et le Château de Pierrefonds…

On a beaucoup critiqué le grand architecte – spécialiste de l’architecture et du savoir faire médiéval - de plagiat néo-gothique. De nombreux architectes, par purisme (et aussi vraisemblablement par jalousie de son talent), ont critiqué le travail de restauration de Viollet le Duc.

Pour mieux comprendre le  travail de VIOLLET LE DUC, la connaissance de son œuvre écrite est indispensable : lire son Encyclopédie médiévale (2) permet de mesurer l’étendue des connaissances et la précision de cet homme à qui on doit les plus belles restaurations médiévales du 19ème siècle.

(1)  Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc, né le 27 janvier 1814 à Paris et mort le 17 septembre 1879 à Lausanne.

(2) ENCYCLOPEDIE MEDIEVALE – Viollet Le Duc : Editions Bibliothèque de L’Image - Format grand livre : 364 x 255 cm, poids : 3925 grammes !) - Tomes 1 et 2 fondus = 719 + 720 pages richement illustrées de 1335 figures – 69,90 euros.

13:07 Publié dans ARCHITECTURE, BIOGRAPHIES, DOCUMENTAIRE, GUIDES | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

18 novembre 2012

L'Empire de l'illusion : la mort de la culture et le triomphe du spectacle - Chris Hedges

l'empire de l'illusion.jpg

Une lecture qui incite à réfléchir sur notre vision du monde, sur la démocratie,  sur certaines industries lucratives et sur la transmission du savoir... ou : comment au nom du profit et de la manipulation des masses, le monde des affaires modifie nos perceptions jusqu’à les simplifier en nous tirant vers le bas…


Les thèmes abordés :

L’illusion de la culture 

L’illusion de la sexualité

L’illusion du savoir

L’illusion du bonheur

L’illusion de l’Amérique

 

Parmi les symptômes actuels décrits qui ont retenus mon attention :

 

La peopolisation : « Les célébrités nous vendent une image idéalisée de nous-mêmes qui, dans les faits, restreint nos horizons et le champ  de notre expérience plutôt que de les élargir. C’est ce que Boorstin appelle « l’effet miroir ».

 

La presse à sensation : « Déconnectée de la réalité, la nation a trouvé refuge dans la pensée magique. Les faits sont reconnus ou niés selon leur concordance avec les idées reçues, si bien que la recherche de la vérité a perdu toute pertinence. Le discours public est dominé par des événements préfabriqués ».

 

L’escalade de la barbarie : « La barbarie persiste tant que durent les conditions qui favorisent cette régression, et qu’il faut  mettre en évidence et critiquer grâce à l’éducation, les mécanismes qui produisent les hommes capables de telles actions ». 

 

En  conclusion…Quels sont les moyens d’action pour supprimer les racines du mal ? :

 

« L’Ecole ne doit donc pas se contenter d’enseigner des compétences. Elle doit transmettre des valeurs ».

 

« Pour résister au mal sous toutes ses formes, une seule qualité est indispensable : l’autonomie morale. Emmanuel Kant affirmait qu’on ne l’acquiert que par la réflexion et l’auto-détermination, ainsi qu’en ayant le courage de refuser de coopérer ».

 

 

16:46 Publié dans DOCUMENTAIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

21 août 2012

ELOGE DU DESIR - Blanche de RICHEMONT

ELOGE-~1.JPGExcellent ouvrage qui  traite du désir dans le sens « moteur » de nos vies, de quoi s’interroger sur le visage que nous mettons au mot désir…  
 
Passages choisis :


1 - LE FOYER DU DESIR
« Le désir est l’essence de l’homme » SPINOZA
Tu es ce que tu cherches…
Le désir le plus évident, n’est pas celui que l’on ne remet jamais en cause, mais celui auquel on revient le plus souvent.
Se choisir : pour s’approcher de cette évidence qui nous anime, nous devons nous simplifier. Etre simple, c’est être vrai, confiant, centré sur l’essentiel que nous avons choisi et non que nous nous sommes imposé. Nous avons besoin de schémas, de structures mais il faudrait se glisser en eux par choix et non par fatalité. Nous pouvons sans cesse nous réinventer. Nous sommes plus nuancés, plus riches, plus fous que tous les schémas. Ils ne sont que des refuges de passage.
On n’échappe pas à soi-même
« Le génie, c’est d’être soi-même » HUGUENIN


2- CROIRE
Il ne s’agit pas de vouloir, car la volonté est une faculté de l’entendement. Or on ne choisit pas son désir, il s’impose à nous.
Par-dessous tout… : Il m’est arrivé de lutter contre un amour pendant des années. J’avais beau me raisonner, j’avais beau l’insulter en silence, me persuader que je perdais mon temps et bientôt mon âme, c’était toujours à lui que je revenais. J’avais tort de lutter. Le cœur savait ce qu’il faisait. Cet amour passé me porte encore aujourd’hui. C’est en cela qu’on reconnait le mystère : lorsque notre désir résiste à toutes les épreuves. S’il meurt de lui-même dans l’obstacle, c’est qu’il n’avait pas de valeur d’essentiel. Il n’était pas guidé par plus haut que lui.


3 - DELIVRANCE
« Agir, c’est trouver le repos » PESSOA
En amour, on croit se libérer de soi. Or, par son regard, l’autre nous ramène à nous-mêmes.
Le plus grand cadeau que l’on puisse faire à l’autre est de lui accorder une attention dépourvue de tout projet. Il doit rester une fin et non un moyen. Etre pour soi-même un tout et ne rien attendre.


4 – VIVRE DANS L’INSTANT
Lorsqu’on se laisse surprendre par l’instant, la vie devient un appel.
« Ceux qui refusent le combat sont plus grièvement blessés que ceux qui y prennent part » OSCAR WILDE
Ne pas espérer : agir.
Il vaut mieux vivre ses désirs, se laisser déchirer, bousculer par eux que de rêver sans cesse à un avenir meilleur. Il n’arrive jamais. Les heures les plus légères, les plus heureuses naissent par surprise, elles ne se programment pas.


5 – REVER D’IMPOSSIBLE
Ce qui nous arrive est conditionné par ce qu’on donne de nous. Il n’y a pas de fatalité. Certains se laissent ensevelir sous les pierres qu’on leur lance, d’autres construisent une muraille, d’autres encore leur royaume. C’est notre désir d’être au monde qui détermine notre façon d’évoluer. Nous sommes déchantés car nous le voulons bien. C’est une vision de l’esprit.
Nous avons perdu le rêve : comment avancer si nous avons perdu l’impossible ?
Nous n’avons pas tant besoin de repos. C’est l’inertie de notre âme qui nous éreinte. Comme si le fait d’avoir perdu la foi nous empêchait de nous élever.
Nous donnons trop d’importance à nos lamentations. On s’inquiète de nos souffrances quand il faudrait seulement les laisser nous traverser. Elles font partie de la vie. Elles ne sont pas si graves. C’est leur faire trop d’honneur que de les laisser nous désenchanter. Il y a tant à vivre, à dévorer, à découvrir, à bouleverser. Consentir à une fatigue générale, c’est occulter l’abondance qui nous habite.


6 – LIBRE
Notre vie intérieure est la seule chose qu’on ne pourra jamais nous enlever. Elle est la garante de notre liberté. Un refuge inattaquable.
« Agis comme si tu devais mourir tout de suite après » EPICTETE
Le défi d’une vie est de ne plus faire qu’un avec son désir.

07:49 Publié dans BIEN ETRE, DOCUMENTAIRE, PSYCHOLOGIE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

03 mars 2012

HOLLYWOOD : L’Usine à rêves - CM. BOSSENO et J. GERSTENKORN

767437_2885984.jpg

On peut estimer la période d’or hollywoodienne allant de 1912 à 1970 : 

* 1895 à 1912 : création des majors du cinéma (gros studios) UNIVERSAL, 20th CENTURY FOX, PARAMOUNT, MGM, WARNER.

* 1927 à 1940 : contexte difficile pour le cinéma américain : à la fin des années 40 arrive la concurrence de la télévision.

La loi sherman (anti trust) casse le trust Production/Distribution/Exploitation ce qui est une catastrophe d’un point de vue artistique.

* 1950  à 1970 : situation économique grave, c’est la fin des contrats, les acteurs sont licenciés, on ferme les corps de ballets, les animations…. La situation pousse les artistes (Tex Avery) vers la TV.

Pour comprendre le cinéma Hollywoodien et comment la machine a fonctionné il faut comprendre le rôle essentiel du producteur de cinéma à Hollywood.

LE PRODUCTEUR DE CINEMA HOLLYWOODIEN avant 1970 : personnage central de la machine hollywoodienne.

Ils sont pour la plupart immigrés, sans culture artistique, ni background culturel, et en majorité d’origine juive d’Europe centrale. Ils viennent aux usa pour trouver une réussite facile et misent d’abord dans la fourrure et le vêtement pour accumuler richesse, puis ils investissent leurs profits dans le théâtre (fief des anglais) et enfin créer des studios de cinéma.

Ce qui les motive au-delà du profit, est une volonté culturelle et politique très haute, ils forment une sorte de club et s’entourent des meilleurs scénaristes et personnalités de l’époque (Dumas, Wilde, Shaw…).

La fin du monopole des majors du cinéma marque le déclin de l’âge d’or cinématographique américain, notamment depuis les années 70.

C’est sans doute la nostalgie de cette époque dorée qui a fait le succès de THE ARTIST aux Etats-Unis et qui lui a valut tant d’Oscars en février dernier.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet excellent livre format A5 qui tient dans un sac et d’une densité d’informations inédites et incroyables !

09:48 Publié dans DOCUMENTAIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

21 février 2012

SACRE MOYEN AGE - Terry Jones

medieval3.jpg

Fan des Monty Python, je ne savais pas que Terry Jones est également un spécialiste respecté de l'histoire médiévale. J'espère que vous rirez autant que moi en visionnant ces 8 épopées du Moyen Age ! :

 

Chacun des 8 épisodes de 30 minutes dévoile le véritable rôle et la fonction des huit archétypes médiévaux :

le paysan,

le moine,

la damoiselle,

le ménestrel,

le chevalier,

le philosophe,

le hors-la-loi,

le roi :

 http://www.encyclovideo.net/sacre-moyen-age.html

Dans ces documentaires hilarants, on apprend que de même que les apparences sont trompeuses, la vérité n'est pas toujours celle que l'on croit ! : Richard Coeur de Lion n'était pas le roi exemplaire de la légende et Richard III n'était pas le monstre décrit par Shakespeare, par ailleurs, les chevaliers étaient plus préoccupés aux jeux de la guerre qu'à protéger la veuve et l'orphelin (ça aussi ça fait partie du roman !).

A voir donc car très instructif et où on constate également que les campagnes de pub pour calomnier un adversaire étaient aussi courantes au Moyen Age que de nos jours...

11:04 Publié dans DOCUMENTAIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

13 février 2012

Prêt à jeter : obsolescence programmée

 

Prêt à jeter obsolescence programmée.jpg

Savez-vous que les premiers bas nylon ne filaient pas ? Savez-vous que les ampoules peuvent durer 100 ans ? La plupart des inventions élaborées par des ingénieurs sont conçues pour durer…

Mais, dans une société où la croissance est tirée par la consommation, les produits durables sont une catastrophe !

On pourrait penser que c’est une stratégie des industriels qui est récente, or,  c'est une constatation qui ne date pas d'hier. En  1928, on pouvait déjà lire dans une revue spécialisée, "un produit qui ne s'use pas est une tragédie pour les affaires".


Heureusement, les consommateurs ont commencé à réagir dès les années 60 en créant des associations de consommateurs et maintenant le web 2.0 leur donne le meilleur moyen de mutualiser leurs connaissances et leurs actions pour lutter contre les abus de la dictature du court terme et de la profitabilité en tous genres.


Le reportage Arte complet sur le sujet de l’obsolescence programmé :
http://www.youtube.com/watch?v=iB8DbSE0Y90


Le site webcam de l’ampoule qui ne s’est jamais éteinte depuis 1901 :
http://www.centennialbulb.org/cam.htm

12:49 Publié dans DOCUMENTAIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

17 décembre 2011

PLANETE TERRE – 11 documentaires

972665-gf.jpg

La série Planète Terre (11 Episodes en Haute Définition) a été réalisée en 2002 par la BBC et est considérée –  à juste titre ! - comme la meilleure série documentaire sur la faune et la flore sauvages tant sur le fond que sur la forme.  Cette série a nécessité cinq ans de tournage et c'est l'un des plus gros budgets documentaires de la BBC (22 millions $).

Produite par la BBC et le canal Discovery, en collaboration avec Radio-Canada, Planet Earth se donne pour objectif de décrire la planète au moyen d'images « jamais vues auparavant ».

Durant 11 épisodes, aux quatre coins du monde, des plus hautes montagnes jusqu'au fond des océans en passant par les déserts et l'Antarctique, filmant des animaux parfois inconnus avec des caméras parfois témoins des luttes pour la vie.

Chaque épisode présente des images à couper le souffle : un phoque luttant pour échapper à un grand requin blanc, des macaques nageant dans le delta du Gange, des lions attaquant un éléphant, un ours blanc usant de ses dernières forces pour la survie et finalement se résignant à mourir dignement auprès des morses qu’il avait en vain tenté d’attaquer quelques temps auparavant, un “vampire des enfers” évoluant dans les profondeurs abyssales…

Une leçon de vie, de dignité et d’humilité de notre sœur nature et de nos frères animaux. A voir et revoir car c’est beau comme un clip et instructif comme une manne de connaissances : sans doute les 11 meilleures documentaires sur le genre, au moyen d'images « jamais vues auparavant ».

Composition du coffret :

•          Planète Terre - Épisode 01 - D'un Pôle à l'autre

•          Planète Terre - Épisode 02 - Les Montagnes

•          Planète Terre - Épisode 03 - Les Eaux Vives

•          Planète Terre - Épisode 04 - Les Déserts

•          Planète Terre - Épisode 05 - Les Mondes Souterrains

•          Planète Terre - Épisode 06 - Les Régions Glacières

•          Planète Terre - Épisode 07 - Les Grandes Plaines

•          Planète Terre - Épisode 08 - À la Surface des Mers

•          Planète Terre - Épisode 09 - Les Saisons en Forêt

•          Planète Terre - Épisode 10 - Les Fonds Marins

•          Planète Terre - Épisode 11 - Les Jungles

 

 

 

09:38 Publié dans DOCUMENTAIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

27 novembre 2011

MODE PSYCHO - Ambre Bartok

 


20061005110003_1_163x240.jpg

 

Excellent ! La journaliste passe au vitriol la biographie (synthétique) d'une cinquantaine de stylistes, de Hubert de Givenchy à Christian Lacroix en passant par Lolita Lempicka et John Galliano...

Une page format 2 x A5, soit une fiche par styliste, agréable à lire et amenant inmanquablement le sourire sur nos visages étonnés.

Pour ma part, j'ai trouvé des similitudes de parcours malgré des débuts différents et des corrélations entre extraction sociale, fonctionnement personnel et signes avant coureur du métier de styliste dans les expériences et / ou réalisations exercées au préalable qui dénotaient déjà les qualités de créateur chez ces futurs stylistes ...

Le livre se lit d'une traite et on en apprend de bonnes... Le contenu reste toutefois consensuel même si le ton se veut confidentiel, comme le certifie elle même l'auteur en citant Jean Cocteau : "Le tact dans l'audace, c'est de savoir où on peut aller trop loin". Ambre Bartok nous donne avec son livre un bel exemple de l'application de cette maxime !

 

17:02 Publié dans DOCUMENTAIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

04 juin 2011

Gourous, sorciers et savants - HENRI BROCH

couv_Gourous.jpg

 

 

Le Professeur Henri BROCH, Docteur ès Sciences, nous fait la démonstration scientifique par ses expériences des impostures de prétendants aux titres de voyants, médium et autres individus revendiquant des dons de télépathie, psychokinèse et autres dons miraculeux…

Parmi ses démonstrations : sang de Saint Janvier : démonstration de la liquéfaction du sang, Saint Suaire de Turin : démonstration de la facile reproduction de suaires, démystification diverses d’abuseurs en tous genres (tourneurs de table, devins, maîtres en tous genres)…

Henri Broch avec une pensée claire et une écriture simple, nous incite au discernement et à la démarche scientifique lorsqu’un fait en apparence surnaturel se présente à nous. Un bon moyen de nous rappeler que nos sens nous trompent souvent et que nous avons tendance à vouloir croire ce qui nous arrange !

19:42 Publié dans DOCUMENTAIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

29 mars 2011

Y a-t-il un grand architecte dans l'Univers ? Stephen HAWKING

510il2nk6DL.jpg

 

Et si l'Univers n'avait pas eu besoin d'un Dieu pour apparaître ? Voilà ce dont il est question dans ce livre... tout un programme !

Un bouquin épatant pour ceux qui aiment la physique quantique et les démonstrations algorythmiques car même si l'ouvrage se veut accessible, il n'en reste pas moins écrit par un scientifique.

De nombreuses pointes d'humour et de propos imagés rendent la lecture agréable, mais à lire de préférence l'esprit libre !

 

 

 

06:55 Publié dans DOCUMENTAIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker

23 janvier 2011

Si le parfum m’était conté… » Annick Le Guérer

 

859761561_L.jpg

 

Si le monde merveilleux des parfums ou autres senteurs divines vous attire, je vous conseille les conférences dispensées par l’Osmothèque (le Conservatoire International des parfums ) de Versailles.

Vous aurez l’occasion durant 2h30 de :

  • Découvrir des parfums, des senteurs ou parfums disparus ou qui ne sont plus commercialisés et qui sont conservés à l’Osmothèque

 

  • Votre odorat testera une trentaine de parfums et produits composants ces derniers (Le parfum Royal, Origan, trèfle incarnat, tabac blond, vanille, chypre, bergamote, eaux de Cologne…).

 

  • Vous entendrez des anecdotes : Jean Patou et l’histoire de son parfum JOY ou encore l’histoire d’un génie novateur François Coty…

 

  • Vous étudierez aussi les familles de parfums (Hespéridée, Florale, Fougère, Chypre, Boisée, Ambrée, Cuir)…

 
La curiosité vous a piqué ? : ce livre olfactif peut vous intéresser :

« Si le parfum m’était conté… » Annick Le Guérer
 
Sinon une conférence ? : http://www.osmotheque.fr/application?sv=osmotheque&rq=osmo_home

22:21 Publié dans DOCUMENTAIRE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker