Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 avril 2013

LE PRINCIPE DE PETER - Laurence J. Peter et Raymond Hull

dilbert,peter,principe,économie,entreprise,hiérarchie

Lors de sa sortie en 1969, « Le principe de Peter » a fait grincer des dents : surtout à une époque qui était encore régie par les valeurs des années 50 : travail, famille, patrie donc super hiérarchisée et pyramidale !

Cet excellent ouvrage a été réédité récemment en format poche et je l’ai relu car c’est toujours bien de revoir les « fondamentaux »…

Même si Laurence J. Peter divise les salariés en deux catégories tranchées : les compétents et les incompétents. Il tient aussi compte des cas extrêmes : les supercompétents et les superincompétents.

Laurence J. Peter invente des mots de catégorisation très amusants :

« défoliation hiérarchique » : les supercompétents subissent la défoliation hiérarchique, bref ils sont virés !

« l'arabesque latérale » : le salarié incompétent est promu à un autre poste, avec un titre plus ronflant, mais au même salaire.

Et puis il y a aussi  le cas que l’auteur du principe de Dilbert a récupéré : « Les gens les moins compétents sont systématiquement affectés aux postes où ils risquent de causer le moins de dégâts : l'encadrement. ».

Allez, la semaine prochaine je relis mes Dilbert !

11:37 Publié dans ECONOMIE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker