Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 janvier 2011

GUERIR PAR LES REVES - Patricia Garfield

RV03.gif

 

Ce livre nous expose le parfait paradoxe de l'œuf et de la poule : en effet

Qu'est-ce qui apparaît en premier : le rêve prémonitoire de la maladie ou la maladie elle-même ?

 L’auteur, psychologue de formation, considère le rêve comme un messager de maux du corps. Dans ce livre elle nous expose ses observations sur le sujet.

En résumé :

 Nous ne choisissons sans doute pas de tomber malade ou d’avoir un accident, mais nous pouvons choisir notre réaction au traumatisme. Le bon choix c’est d’affronter l’inconnu et d’en tirer une leçon.

 Les rêves sont les clefs cachées de bien des problèmes. Ils sont nos guides et nous propose des solutions nouvelles.

 Il est important de savoir que les images oniriques sont exagérées et dramatisent la réalité.

 Les rêves ont de multiples niveaux ; ils sont révélateurs quant à notre état physique et psychologique mais aussi parfois dans les domaines spirituel et artistique.

 La métaphore est le codage du rêve : si nous rêvons que nous tombons, c’est souvent le symbole d’une déception ou de l’échec d’un projet. Notre esprit, en rêvant traduit le manque de support émotionnel par la chute. Dans les rêves, deux des métaphores les plus usuelles représentant le corps sont la maison et les véhicules.

 Lorsque nous rêvons que nous sommes malade, il y a trois interprétations possibles :

1-     L’image onirique de mauvaise santé est une métaphore de votre état psychologique (ouvre les yeux sur quelque chose de nié ou négligé).

2-     Les images de maladie représentent d’infimes sensations physiques courantes (averti sur un malaise).

3-     L’image est à la fois métaphore et expression d’une sensation physique (dramatise la maladie en vue de la gérer).

 

Etre à l’écoute de ses rêves c’est appliquer ces propos d’ Hippocrate qui disait : « prier est certes une bonne chose, mais tout en invoquant les dieux, il faut s’aider soi-même ».

18:59 Publié dans PSYCHOLOGIE | Lien permanent |  Imprimer | Albane Parker