Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2017

DANS CE JARDIN QU’ON AIMAIT - Pascal QUIGNARD

dans ce jardin qu'on aimait.jpg

Le révérend Simeon Cheney, un pasteur vivant dans un presbytère isolé a durant 20 ans, noté tous les chants d'oiseaux qu'il avait entendus dans le jardin de sa cure, mais aussi tous les bruits qu'il percevait, des gouttes qui s'écoulent sur le pavé d'une cour, le bruit que fait le vent d'hiver qui s'engouffre. 

C’est ce que raconte cette lecture étonnante qui se situe entre la poésie, le théâtre dans son style rédactionnel avec en toile de fond un drame familial.

Beaucoup de mélancolie dans ce livre à ne pas lire dans un moment de spleen !

Extraits :

 «Ce révérend  me portait une sorte de vénération en raison de son attachement extraordinaire aux oiseaux. Pour la beauté de la nature, cet homme d’Eglise avait délaissé Dieu. Il avait répondu à l’appel des chants de la forêt et des vagues des onze lacs glaciaires qui entouraient sa maison et qui formaient comme deux mains étranges».

« Les morceaux de mon existence se craquellent exactement comme se craquellent les paragraphes sur la page d'un livre qu'on refuse».

« Accroché au muret du jardin, au moindre rayon fragile de soleil, le lierre sent le miel». 

« C'est ainsi qu'un grand jardin se reflétait en mirage sur la vitre».

 

 

 

19:19 Publié dans ROMANS | Lien permanent |  Imprimer | | Albane Parker |  Facebook

04 août 2013

La Liste de mes envies - Grégoire DELACOURT

 

delacourt,liste,envies,roman,

Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, mariée à Jocelyn Guerbette et mère de deux enfants, se contente de sa petite vie et pourtant la liste de ses envies pourrait noircir des pages entières… Alors, le jour où elle gagne au Loto (18.547.301,28 euros), elle est tiraillée entre sa crainte de ne plus être aimée pour elle-même et sa liste d’envies à satisfaire… finalement elle choisit de  cacher le chèque et de ne révéler la situation à personne…

Sauf que, quelqu’un trouve le chèque ; or c’est bien connu : l’argent rend fou...

S’ensuivent des rebondissements stupéfiants dans la vie de Jocelyne qui renait de ses cendres et devient une autre femme après « la trahison ».

Le traître veut revenir mais une femme trahie ne pardonne jamais et quand elle tourne la page c’est pour une vie meilleure !

Extraits choisis :

Sur sa fille :

« Elle gardait les mots en elle, comme s’ils étaient rares. Nous conjuguions le silence elle et moi : regards, gestes, soupirs en lieu et place de sujets, verbe, complément. »

Sur son mari :

« La finesse, la légèreté, la subtilité des mots, il ne connait pas bien. Il n’a pas lu beaucoup de livres, il préfère les résumés aux raisonnements ; les images aux légendes. Il aimait bien les épisodes de Columbo parce que dès le début, on connaissait l’assassin ».

Sur son amant qui deviendra l’Amour de sa vie avec un grand A :

« Il est beau. Comme Vittorio Gassmann dans Parfum de Femmes. Alors je tends mon visage vers le sien, mes lèvres cherchent les siennes et les trouvent. C’est un baiser rare, inattendu .(…) Notre baiser est mon ravissement, ma vengeance ; il est tous ceux que je n’ai pas eues, ceux de Fabien Derôme, celui de mon timide cavalier de « l’Eté Indien », celui de Philippe de Gouverne que je n’ai jamais osé abordé, ceux de Solal, du prince charmant, de Johnny Depp et de Kevin Costner d’avant les implants, tous les baisers dont rêvent les filles, ceux d’avant ceux de Jocelyn Guerbette».

Roman surprenant, écrit par un homme, maniant à la perfection le ressenti d’une femme et la psychologie féminine. Le style de l’auteur à la fois acide et tendre sait mettre en évidence avec lucidité la noirceur de la nature humaine et ses petites lâchetés du quotidien.

Un livre étonnant à lire d’une traite en cette période estivale !

15:51 Publié dans ROMANS | Lien permanent |  Imprimer | | Albane Parker |  Facebook