Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 juin 2014

Dans le secret des cathédrales - François Collombet

cathedrales,secret,architecte,médiéval

Au fil des faits historiques  et des photos, ce livre dévoile les secrets et anecdotes de quarante cathédrales, sur la période où la France (entre le XIIe et le XVe siècle) a fit s’élever à partir de l'Ile-de-France une centaine de cathédrales à travers tout le pays.

Parmi  les plus remarquables monuments : Saint-Denis, Bourges, Chartres, Autun, Beauvais, Puy-en-Velay, Albi, Strasbourg, Notre-Dame de Paris…

Des détails non moins remarquables sur les conditions des chantiers, les noms des bâtisseurs et des contextes politiques qui jalonnèrent leur construction souvent sur plusieurs décennies voire siècles…

Voilà un ouvrage qui se lit d’une traite tant il est dense de contenu et que le style de l’auteur jamais ne lasse !  A lire le dimanche après midi au calme pour une balade hors du temps…

Extrait choisi sur l’ange qui rit de la cathédrale de Reims pour vous donner une idée du style rédactionnel de l’auteur :

« Il est décapité. Le temps passa. Sans doute vécut-il la Révolution avec terreur voyant ses frères de pierre brisés, cassés, décapités, des portails arrachés, le sceptre et la main de justice brûlés et quelle humiliation, cette cathédrale royale transformée en magasin à fourrage ! Mais le pire était à venir. Il vint le 19 septembre 1914, un mois après la déclaration de guerre. Reims est pilonné par les tirs d’artillerie de l’armée allemande. Ce jour là, il est  environ 15 heures, suite à un violent bombardement, le feu prend à l’échafaudage en bois de la tour nord. Les pompiers débordés par les multiples incendies dans la ville et privés d’eau par l’éclatement des conduites, ne peuvent intervenir efficacement. Mais laissons l’historien Patrick Demouy en faire le récit : « Une poutre de  l’échafaudage en feu s’effondre et décapite l’ange. Sa tête tombe sur le sol 4 mètres plus bas et se brise en une vingtaine de morceaux. » Qui se soucie alors de cette statue presque anonyme dans cet enfer de destruction ? Si, une seule personne, un prêtre, l’abbé Jules Thinot, le maître de la chapelle de Notre-Dame de Reims. Dès le lendemain de l’incendie, pieusement il rassemble de nombreux fragments de statuaires qu’il met en sûreté dans les caves de l’archevêché. ».

14:59 Publié dans ARCHITECTURE, DOCUMENTAIRE, GUIDES, HISTOIRE | Lien permanent |  Imprimer | | Albane Parker |  Facebook